storytelling, fantasy, imagination-4203628.jpg

À Propos


Je m’appelle François Linck, je suis un jeune auteur ayant démarré l’écriture relativement tard.

Même si j’ai toujours inventé des histoires, avec des peluches et jouets étant enfant. J’ai inventé des jeux de société et jeux de rôle papier à l’adolescence, ainsi que des mangas (j’aime aussi un peu le dessin). J’ai inventé diverses histoires non finies destinées à de futurs jeux vidéo.

J’ai démarré mes travaux d’écritures — des histoires finies — (et de perfectionnement de l’écriture) en 2017 où je décide de suivre un conseil d’auteur pour progresser rapidement qui est d’écrire des nouvelles. Si l’on peut écrire une dizaine de nouvelles en 1 an, c’est plus difficile d’écrire autant de romans dans le même laps de temps, du moins, pour un débutant (même pour un pro haha). Or, dans le processus d’écriture, nous progressons énormément en terminant des histoires.

J’ai donc écrit plusieurs nouvelles de juillet à décembre de l’année 2017, en participant à des concours et appel à texte. Je laisse du temps s’écouler puis en juin 2018, je me penche ensuite sur une autre passion qui est la création de jeux vidéo. Je ne vous en parlerais pas trop sur ce site car j’en possède un consacré à ça. Pour étoffer l’univers d’un jeu vidéo que je conçois en partenariat avec mon frère, je décide fin 2018 d’écrire un roman sur ce sujet.

Je reprends le lieu, les personnages, mais je modifie leur âge et l’intrigue pour créer deux œuvres uniques autour d’un même thème. J’écris le premier jet en 6-8 mois (de mémoire, processus assez laborieux pour mon premier roman) puis je refais une pause. Je me penche de nouveau sur la création de jeu vidéo et je crée Strongloween : The escape après plus de 2 ans de développement. Je n’ai pas encore terminé le jeu mais il devrait voir le jour courant 2023.

Après plusieurs mois de travail acharné sur le jeu, je fais une pause pour finir mon roman, La Malédiction Bataillon.

François Linck
François Linck
Une citation que j’aime bien :

Le bonheur vient du travail

Gandhi